«La guerre n’a jamais pris fin, le processus de paix n’a jamais existé» : Bahruz Samadov

publié le 20 septembre 2022

Deux jours après l’agression militaire commise par l’Azerbaïdjan contre l’Arménie, Bahruz Samadov, activiste politique azerbaïdjanais, chercheur à l’Université Charles de Prague publie cet article sur OC-Média.com, dans lequel il critique le nationalisme ethnique et la politique azerbaïdjanaise. Bahruz Samadov condamne fermement toutes les mesures prises pour prolonger le conflit et aggraver la haine entre les deux peuples. 

La politique azerbaïdjanaise a pris un tournant sombre vers l’irrédentisme avec son culte de la force brute et de la victoire. Il ne peut y avoir de paix durable avec les Arméniens tant que nous n’aurons pas démantelé les mythes fondateurs vengeurs de notre identité nationale et rejeté le nationalisme violent.

Pendant la guerre du Haut-Karabakh de 2020, beaucoup en Azerbaïdjan ont fait valoir que la guerre et les pertes en vies humaines étaient nécessaires pour éviter d’autres pertes à l’avenir. Selon cet argument, la guerre de 1988-1994 n’a pas apporté la paix, et les escarmouches et les pertes occasionnelles sont devenues monnaie courante, de sorte que l’Azerbaïdjan avait besoin d’une guerre à grande échelle pour mettre pleinement fin au conflit et parvenir ainsi à une paix durable.

Cet argument est non seulement inacceptable d’un point de vue éthique (qu’en est-il de ceux qui meurent pendant le « mal nécessaire » d’une guerre à grande échelle ? Escalade après escalade, nous avons été témoins de l’absence d’un processus de paix significatif et d’une poursuite de la guerre qui couve. Les combats qui ont éclaté mardi – les plus sanglants depuis la deuxième guerre du Nagorno-Karabakh – prouvent la naïveté de l’argument « une guerre, puis la paix ».

Échos de la lutte pour l’indépendance

Après la fin de la deuxième guerre, l’Azerbaïdjan a adopté une rhétorique agressive, ses dirigeants revendiquant des territoires sur la province arménienne de Syunik, située à l’extrême sud, et refusant de s’engager de manière significative avec les dirigeants arméniens du Nagorny-Karabakh. Ces revendications sont de nature irrédentiste – elles préconisent l’annexion de terres étrangères sur la base de prétendus liens historiques ou ethniques.

Ces revendications font partie de la nouvelle réalité d’après-guerre de l’Azerbaïdjan. Avant la guerre de 2020, la revendication de l’Azerbaïdjan selon laquelle il avait historiquement droit à la région historique de Zangazur (dont Syunik fait partie) était marginale et caractéristique des discours pan-turcs d’extrême droite. Après la guerre, lorsque, en juillet 2021, l’Azerbaïdjan a créé la région économique du Zangazur oriental dans la partie occidentale du pays et qu’il a qualifié le futur corridor reliant l’exclave du Nakhitchevan au reste de l’Azerbaïdjan de « corridor du Zangazur », il est devenu évident que le discours officiel avait dérivé dans une nouvelle direction expansionniste. S’il y a un Zangazur oriental, il doit aussi y avoir un Zangazur occidental, c’est-à-dire l’actuelle région de Syunik, dans le sud de l’Arménie.

De manière surprenante pour beaucoup, les médias officiels et pro-gouvernementaux ont récemment étendu leurs revendications à l’Azerbaïdjan iranien également, renouant avec le vieux discours pan-turc du mouvement indépendantiste des années 1990.

Les idées irrédentistes utopiques d’un « Azerbaïdjan total » étaient caractéristiques du discours du début des années 1990 du second président Abulfaz Elchibay et de son parti du Front populaire – paradoxalement, les principaux antagonistes historiques du régime actuel. Ces idées, qui faisaient partie du mouvement indépendantiste plus large, ont influencé la formation de l’identité nationale post-soviétique en Azerbaïdjan.

Le père d’Ilham Aliyev, Heydar Aliyev, ne soutenait pas ces revendications territoriales. Il envisageait plutôt l’azerbaïdjanisme comme une construction nationale inclusive sans irrédentisme ni nationalisme agressif. Depuis la guerre de 2020, le culte de la personnalité d’Heydar Aliyev est devenu moins visible – son approche essentiellement pro-négociations est désormais en contradiction avec le discours actuel sur la victoire.

Après la fin de la deuxième guerre, lorsque l’identité nationale s’est consolidée autour de l’idée de victoire et de la « main de fer » d’Ilham Aliyev, le besoin de « nouveaux horizons » n’est rien d’autre qu’une renaissance d’idées expansionnistes oubliées. Et il ne s’agit pas seulement d’un changement discursif – la récente escalade montre que l’Azerbaïdjan veut forcer l’Arménie à accepter une « paix » autoritaire. Il s’agit d’une paix qui répond aux exigences économiques de l’Azerbaïdjan, une paix sans réconciliation.

Matériel militaire arménien au parc des trophées militaires à Bakou.

Au début du mois d’août 2022, l’Azerbaïdjan a mené ce qu’il a appelé une « opération de vengeance » dans le Haut-Karabakh à la suite d’une réunion tenue en juillet à Tbilissi entre les ministres arménien et azerbaïdjanais des affaires étrangères. Puis, le 31 août, Ilham Aliyev et Nikol Pashinyan se sont rencontrés à Bruxelles. A chaque fois, aucune annonce n’a été faite concernant le sort du Haut-Karabakh. L’idée de ces rencontres était de « préparer les populations à un traité de paix ». Moins de deux semaines après la deuxième réunion, les deux pays sont à nouveau en conflit violent, signe évident que les parties n’ont pas pu s’entendre sur les questions essentielles.

Un de mes récents tweets demandant « où est la société civile d’Azerbaïdjan ? » ne concerne pas seulement la situation actuelle, mais aussi la place de la société civile dans le processus de paix. Si les négociations visent à amener les nations à la paix, pourquoi ni la société civile ni les partis politiques d’opposition ne participent-ils aux réunions ? Pire encore : pourquoi ni la société civile traditionnelle ni l’opposition politique n’ont-elles proposé d’alternatives à l’approche du régime en place ? Après les récents affrontements et pertes, la société civile azerbaïdjanaise est devenue encore plus invisible.

Azerbaïdjan

Les négociations sont entièrement gérées par le régime au pouvoir, et les autres acteurs sociaux ne sont pas intéressés à proposer des alternatives. Cela ne fait que renforcer le pouvoir du régime en place, malgré les défis économiques de l’Azerbaïdjan et la question douloureuse d’une vague de suicides d’anciens combattants de la deuxième guerre du Nagorny-Karabakh. Même si certaines voix s’élèvent encore contre la guerre, comme dans la déclaration pro-paix de NIDA, ces groupes faibles (mais courageux) n’ont pas le poids nécessaire pour offrir des propositions alternatives.

Les partis politiques nationaux n’ont rien fait pour établir un dialogue avec les partis et groupes politiques en Arménie. Il y a beaucoup de nationalisme dans l’opposition et la société civile, et je n’attends rien de constructif des nationalistes, même s’ils sont souvent réprimés par le régime, car ils partagent fondamentalement les valeurs fondamentales du régime.

La réalité nationaliste : y a-t-il une alternative ?

Pour les groupes et individus progressistes qui restent attachés à la paix, il ne suffit pas de condamner la politique nationaliste du pays ou des incidents singuliers, ni même de rejeter l’ensemble du paysage politique de l’Azerbaïdjan. Un véritable acte de courage consiste à remettre en question les principes mêmes de l’identité nationale azerbaïdjanaise.

La dissolution de l’Union soviétique a montré que « l’amitié entre les peuples » était imaginaire. Les horreurs de la première guerre du Haut-Karabakh ont créé une identité nationale fondée sur la vengeance et le rejet de la coexistence pacifique. Elle a infecté l’ensemble du spectre politique, malgré l’inimitié entre le gouvernement et l’opposition. La deuxième guerre a doté la nation d’une identité résumée dans ses nouveaux symboles militants tels que le monument du Poing de fer et le parc des Trophés à Bakou.

Les Azerbaïdjanais progressistes devraient envisager d’ouvrir un espace pour une éthique nationale radicalement différente. À première vue, nous n’avons pas grand-chose à offrir. Après tout, la naissance de la nation azerbaïdjanaise est historiquement liée aux violences intercommunautaires avec les Arméniens au début du 20e siècle.

Cependant, si nous examinons les écrits des premiers intellectuels azerbaïdjanais, nous pouvons constater qu’au moins certains d’entre eux ont critiqué le nationalisme ethnique. Ces récits doivent être réintroduits dans la conscience publique azerbaïdjanaise.

Il est vrai que ces sources sont rares et ont été discréditées par la suite par les auteurs de l’ère soviétique. Cependant, ces sources, qu’elles soient anciennes ou plus récentes, comme le roman d’Akram Aylisli qui aborde le sujet tabou des pogroms contre les Arméniens en Azerbaïdjan, sont cruciales pour construire une nouvelle imagerie et un nouvel ethos national.

Sans un tel objectif et une telle stratégie, ainsi qu’un dialogue direct avec les acteurs concernés en Arménie et dans le Haut-Karabakh, nous, progressistes, ne serons jamais en mesure de proposer une alternative significative à la guerre.